2 ans après le lancement de Pimp My Nails, la page facebook où Lili Nguyen nous présentait ses premiers nails art, du vernis à coulé sur les ongles des nombreuses clientes de This is Venice.

this-is-venice-itw-portraitPassages télé, articles dans de grands magazines féminins… Il est difficile de passer à côté de This is Venice si l’on intéresse au Nail Art et l’on ne va pas s’en plaindre.

Il était donc plus que temps de rencontrer Lili pour parler nail art, sneakers et pour un nails pimpin’ en bonne et due forme !

D’où te viens cette passion pour le nail art?
Ca m’est un peu tombé dessus en fait, c’est à dire que j’avais vu des photos sur internet et j’ai tout de suite aimé. J’ai essayé et c’est vraiment devenu une passion, une addiction.

Je me suis entraînée sur moi, sur mes copines, sur ma mère, sur ma soeur, mes cousines… Et voilà où j’en suis! C’était il y a un peu plus de 2 ans.

Après de nombreuses séances dans les starbucks parisien, tu as maintenant ton propre salon, où se trouve-t’il?
Il est situé au showroom Glazed Shop, 20 rue Danielle Casanova (Métro Pyramides ou Opéra).
Tu n’as jamais eu de problèmes dans les starbucks? Ils ne t’ont jamais rien dit?
J’y ai fait des centaines de séances, ils savaient pourquoi je venais, mais on faisait ça discrètement aussi. La plupart du temps ils rigolaient avec moi.
Comment fait-on pour prendre rendez-vous et combien faut-il compter ?
Ca dépend vraiment de ce que tu fais, en moyenne ça tourne autour de 35€, ça peut être plus, mais sinon pour me contacter c’est par mail, on convient d’un jour et voila, je reçois uniquement sur rdv.
Par exemple pour celui la, ca serait combien?
Quelque chose comme 30€ ou 35€.
Comment définirais tu ton style? De quoi t’inspires tu?
Surtout hip hop, surtout pop, très ressemblant à ma personnalité. Je m’inspire aussi pas mal d’artistes comme Keith Haring par exemple qui est un artiste que j’aime beaucoup.
Tu as suivi une formation et est désormais prothésiste ongulaire, qu’est ce que cela change?
Cette formation là me permet de pouvoir poser des faux ongles, des poses de gel… C’est un plus! Je me rend compte que c’est quand même important de l’avoir passé parce qu’il y a énormément de nanas qui me le demandent maintenant. Après en soit pour le nail art ça ne change pas vraiment, quoique ça me permet de faire plus de choses.
De te professionnaliser un peu quoi!
Oui exactement, et de pouvoir toucher un plus large public parce qu’il y a des filles qui viennent que pour faire des extensions et pas forcement pour du pimp.
Et en dehors de cette formation, tu as tout appris sur le tas?
Ouais, ouais !
Les tutoriaux, les techniques, tu checkais sur youtube tout ca?
Non même pas j’ai appris toute seule, j’ai testé, et puis voilà! C’est venu assez facilement parce que j’ai toujours un peu dessiné donc je pense que ça m’a beaucoup aidé, et je suis vietnamienne, donc c’était dans mes gènes (rires).
Ton travail a largement été relayé par les médias généralistes (100% Mag, Ouest-France…), comment expliques tu cet intérêt?
Il y a un gros boom autour du nail art en ce moment, donc je pense que j’ai eu la chance d’arriver au bon moment, et après c’est vrai qu’avec les réseaux sociaux ça va super vite!

Je sais qu’il y a des nanas qui n’ont pas la chance d’avoir des parutions, des choses comme ça, je ne sais pas ce qui fait que moi plus qu’une autre, parce qu’il y a énormément de nanas qui bossent très bien. Maintenant je suis très contente de ce qui m’arrive!

Depuis ces passages, est-ce que tu vois arriver une clientèle différente, comme des femmes plus âgées.
Ouais carrément, carrément!